Se pardonner, mais comment ?

Le pardon à soi est un vaste sujet. Certains vont diront, jamais ! D’autres vous diront fièrement : « oui, je pardonne aux autres mais pas à moi ! ». Finalement savons-nous vraiment ce qu’est le Pardon ? Dans cette clown-conférence, vous allez découvrir les facteurs qui nous empêchent de nous pardonner : les contrats contre soi, le déni de nos blessures, le déni de nos émotions, laisser notre juge intérieur nous dévaloriser constamment sans le remettre en question, celui-ci se nourrit de notre sur-culpabilités, nos fausses-culpabilités, un poison qui nous ronge comme un cancer…

Le secret : changer de voix et de voie : par la voix du cœur et par la voie du Pardon.

Le pardon permet de nous accepter avec notre part d’ombre, notre vulnérabilité. Celle-ci est alimentée par nos souffrances provenant de plusieurs situations injustes. La colère, la rancœur, le sentiment d’impuissance, la honte, l’humiliation, les peurs sont des émotions qui nourrissent notre mal-être… et aussi au niveau énergétique des entités de basses fréquences qui s’en repaissent avec avidité comme les parasites dans la nature (tiques, puces, poux…)

Et c’est très dur de se pardonner car notre juge intérieur le refuse absolument, il tient à garder en lui ce type d’énergie pour s’en nourrir, il en a besoin pour donner un sens à son existence, garder le pouvoir de nous culpabiliser. Ce juge intérieur est cette voix toxique qui nous empoisonne.

Le pardon permet de nettoyer, de purifier notre cœur, notre mental, alléger nos tensions intérieures.

Le pardon est un cadeau que l’on se fait à soi, il permet de mettre dehors tous les parasites énergétiques, de se libérer de tous les poisons émotionnels toxiques…

Oui mais comment ?

  • Refuser aujourd’hui de croire que nous sommes une « mauvaise personne » : vous avez fait de votre mieux avec vos compétences et vos connaissances de l’époque
  • Accepter que vous avez des dysfonctionnements dus à votre histoire personnelle
  • Renoncer à vous justifier
  • Cesser de vous condamner vitam eternam
  • Détruire tous vos contrats contre soi
  • Sortir du processus de victimisation : avec autorité reprendre sa dignité et considérer la légitimité de votre existence
  • Aller à la rencontre et prendre soin de votre enfant intérieur
  • Nettoyer et purifier son âme par « la douche du cœur » (article)
  • Choisir humblement de se demander pardonner et de … demander pardon aux personnes qui nous ont blessés (« Je te demande pardon de m’être laissé blessé par toi et de t’avoir blessé en retour. »). Cette dernière phrase va vous choquer mais c’est vraiment la toute dernière étape de processus du Pardon. Laissez le temps vous aider si votre mental, votre juge intérieur s’insurge contre cette vision.

et la boucle est bouclée…

Avec bienveillance et douceur, Sabine-Hoa

Voici des extraits de la clown-conférence donnée par Sabine-Hoa en 2018 à Annecy.

Visite de l’Acropole à Athènes

Aujourd’hui, nous avons décidé de visiter l’Acropole (signifie  » ville haute ») à Athènes. C’est un plateau rocheux calcaire d’environ 156 m de haut s’élevant au centre de la ville. Elle a servi de lieu d’habitation puis de citadelle pour se protéger de l’invasion ottomane et finalement c’est devenu un sanctuaire religieux consacré au culte d’Athéna durant l’antiquité, comprenant plusieurs temples, dont le Parthénon, l’Érechthéion et le temple d’Athéna Nikè. Les autres monuments remarquables de l’Acropole sont les Propylées, le théâtre de Dionysos, l’odéon d’Hérode Atticus.

Nous étions enthousiastes de visiter ce site inscrit au patrimoine de l’UNESCO, seulement une pluie battante nous a accueillie. Malgré la majesté des lieux, nous n’avons pas pu en profiter pleinement. Nous avons été trempés jusqu’aux os ainsi que tous les touristes en majorité japonais que nous avons rencontrés sur le site ! Ils riaient et ne semblaient absolument pas dérangés par les averses abondantes et une température de 4° !

Nous avons admiré la ville d’Athènes du haut de l’Acropole, elle s’étend tout autour du rocher, c’est impressionnant comme elle est importante ! 4 millions d’habitants quand même ! Finalement nous sommes redescendus en ville et avons visité le centre. Il y a beaucoup de magasins dédiés au touristes, les prix sont très abordables tant au niveau de l’alimentation que des vêtements. On ressent de la misère dans certains quartiers, il y a pas mal de personnes qui dorment à même le sol et vivent de la mendicité.

Nous ressentons que la crise a dû mettre beaucoup de personnes en difficulté. Nous avons une pensée pour elles.

Demain, nous prenons l’avion pour Singapour, 11h de vol ! En perspective des films et de la lecture… Une nouvelle aventure nous attend dans cette mégapole à la technologie avancée…

Biz à tous ceux qui nous suivent assidûment !

 

 

Sommes-nous conscients de notre inconscient ?

Bonjour à tous, je vous présente une nouvelle chronique de 10mn « Et si on en parlait ».

Allons à la découverte de notre inconscient : un étrange pays à visiter pour découvrir ses lois, ses coutumes, ses conditionnements…qui pourrait nous aider à devenir nous-mêmes.

Du désespoir à l’éveil de soi

Avez-vous ressenti un jour le total désespoir ? Une telle détresse intérieure au point que vous vouliez disparaître ?

Cela m’est arrivé à l’âge de 15 ans. Je vivais avec une douleur constante dans la poitrine, un poids dans mon ventre. Ma mère ne cessait de me reprocher mes manquements, je n’avais pas vraiment d’amies en classe, mon frère était violent avec moi et cherchait sans cesse les conflits. Je devais assumer les souffrances de ma mère, sa dépression quotidienne. Je me sentais impuissante à la soulager, je me sentais impuissante à soulager mes propres peurs, mes doutes sur moi-même, sur mes capacités, sur mes difficultés à créer du lien avec les autres.

Je prenais tout à cœur et surtout mon impuissance. Je me sentais constamment coupable de tout et de rien. Je me sentais comme une petite vieille au fond de moi, rabougrie et aussi comme une petite fille apeurée par tant de responsabilités car je devais assumer les contraintes d’une maison (ménage, repas, jardin…), ma mère déclinait en santé de jour en jour. J’étais comme David devant Goliath, convaincue que je n’aurai jamais la force de supporter la pression psychologique que m’imposait mes proches et cette solitude.

J’ai avalé un tube de somnifère d’une traite en me disant « c’est fini, j’ai le courage de mourir.  » Une paix s’est installée en moi. Ma mère a eu beau hurlé, tenté de me faire recracher. J’étais en paix, je pouvais partir, tant pis, et je me suis sentie partir dans un sommeil profond…

Au réveil, un médecin était près de moi. J’étais déçue mais calme. J’ai dormi pendant trois jours, je sentais que l’on me réveillait de temps à autre, mais je retombais dans un sommeil bienfaisant. Peu à peu j’ai émergé. J’ai repris mon fardeau comme si rien n’était. Personne n’a reparlé de mon geste, personne n’a donné l’alerte, tout est resté en silence. La vie a continué…

Pourquoi suis-je sur cette terre ? Pourquoi suis-je si vulnérable ? Pourquoi vivre ?

Il y a t-il une seule et bonne raison d’être sur cette planète ?

J’ai compris tout au long de mon parcours que la Vie met sur ton chemin des personnes inspirantes, des lumières. Elles t’aident à voir ce que tu ne vois pas encore en toi : ta valeur unique, ton potentiel. Elles t’accompagnent à te réconcilier et faire la paix avec toi-même et à reprendre les rênes de ta vie, à t’éveiller pour aller à la rencontre de toi-même.

A ton tour deviens une personne inspirante et redonne à d’autre l’Amour que tu as reçu ! 

 

Apologie de la douceur

Article tiré de : http://www.atelier-du-corps.com/page.php?id=25_Apologie_de_la_douceur

La douceur est une vertu puissante d’amour et de guérison, qui réconcilie toujours les opposés et crée un lien intérieur inoubliable dans la mémoire de celui qui a été touché. L’image de la douceur, ancestrale, serait semblable à la caresse d’une plume d’Ange.

 

La douceur est aussi la vertu du guerrier qui saura agir avec force mais sans brutalité. La Bhagavad Gita nous définit l’homme pur par ces qualificatifs :

 

« Absence de peur, tempérament pur, fermeté dans le Yoga de la connaissance, bienfaisance, maîtrise de soi, sacrifice, étude des Ecritures, ascèse, candeur et droiture, non-violence, sincérité, absence de courroux, abnégation, calme, absence de critique, compassion pour tous les êtres, absence de convoitise, douceur, modestie, absence d’agitation, énergie, miséricorde, patience, propreté, absence d’envie et d’orgueil, – telle est, ô Bharata, la richesse de l’homme né en la nature dévique…

 

L’adoration du divin, la propreté, la rectitude morale, la pureté sexuelle, l’absence de meurtre et de violence à l’égard d’autrui – telle est l’ascèse du corps.
Un langage qui ne cause point de trouble à autrui, vrai, bienveillant et bienfaisant, l’étude de l’Ecriture – telle est l’ascèse de la parole.
Une joie claire et calme du mental, la douceur, le silence, la maîtrise de soi, l’entière purification du tempérament – telle est l’ascèse du mental ».

 

L’ascèse sur les 3 plans corporel, verbal, et mental se décline pour le guerrier en douceur qui se conjugue avec silence, patience, absence de violence, maîtrise de soi. Parmi les vertus essentielles que cite Khrisna comme gage de l’homme pur, la douceur liée à la modestie prend toute sa place.

 

Chögyam Trungpa nous enseigne : « La douceur provient de l’expérience du non doute, de l’absence du doute. Ne pas avoir de doute signifie faire confiance à son cœur, avoir foi en soi même. Etre libre de doute veut dire qu’on établit un contact avec soi-même, qu’on a fait l’expérience de la synchronisation de l’esprit et du corps. Lorsque l’esprit et le corps sont synchronisé, on n’a pas de doute ».

La culpabilité du survivant

Article tiré de  :http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/18/rescapes-attentats-culpabilite-survivant_n_8582230.html

ATTENTATS – Ils ont vécu les attentats du 13 novembre et en sont sortis, blessés ou indemnes. Ils ont vu les corps tomber et le regard des assaillants, ils ont entendu les tirs des Kalachnikov, ils ont senti l’odeur de la poudre.

Mais pour ces « miraculés », après l’horreur de l’instant vécu viendra ensuite le stress post-traumatique et, pour certains, le « syndrome du survivant » ou, en d’autres termes, la culpabilité que les rescapés peuvent ressentir à l’idée que les autres, eux, n’ont pas eu cette chance.

« Pourquoi pas nous? »

« Sommes-nous des miraculés ou juste sommes-nous passés au travers de ces épreuves avec le timing parfait ? Impossible de savoir. Pourquoi pas nous? », s’interroge Benoît dans un récit livré sur Slate. Il était au concert des Eagles of Death Metal et a réussi à se réfugier avec son frère dans un appartement au-dessus du Bataclan.

Lui aussi rescapé du Bataclan, Pierre se pose les mêmes questions: « Pourquoi je ne suis pas mort, et les autres ne sont pas vivants? Pourquoi je n’ai pas aidé les gens? (…) Pourquoi cette femme enceinte a été piétinée? Pourquoi ces gamins ont reçu une balle, alors que ce n’était même pas le début de leur vie, alors qu’ils étaient juste en train de commencer à kiffer des choses que l’on adore tous… On se dit qu’on n’a pas le droit de vivre à leur place. »

Le lendemain des attentats, Eva, qui a réussi à s’enfuir de la salle de concert par son entrée principale, s’est rendue dans une cellule psychologique pour agir contre cette « culpabilité qui l’habite de n’avoir rien pu faire pour les autres ».

Sentiment d’avoir une « dette par rapport à la vie »

Le « syndrome du survivant », explique la psychologue Florence Bataille à 20 Minutes, c’est « ce sentiment de ne pas se sentir victime parce qu’on est vivant. Il y a une forme de culpabilité. Ils considèrent qu’ils doivent aider les autres ».

Pour Jean-Michel Coq, maître de conférence en psychologie clinique à l’Université de Rouen, contacté par Le Figaro Madame, pour ces rescapés, « c’est un peu comme s’ils avaient une dette par rapport à la vie ». « Avoir été sous des cadavres pour sauver sa vie est horrible, les images leur reviennent au cours de leur journée de travail, la nuit sous forme de cauchemar », ajoute-t-il.

Interrogée par Psychologies après les attentats de Charlie Hebdo, la docteure en psychopathologie et psychothérapeute Hélène Romano détaillait ce que cette culpabilité du survivant pouvait engendrer chez les victimes. Ces troubles, explique-t-elle, sont, le plus souvent (mais impossible de généraliser:): « des reviviscences, des cauchemars, des angoisses, des peurs inexpliquées, de l’anxiété à chaque bruit qui peut évoquer le souvenir du drame ». Mais il se traduit aussi par des « ressassements, des ruminations: se dire que l’on aurait du mourir à la place de l’autre, ou avec l’autre. À cela, s’ajoute généralement une asthénie, c’est-à-dire une perte d’élan vital : on ne se sent plus légitime à vivre, plus légitime à être là, on ne parvient plus à se projeter dans des choses positives parce que l’on se sent coupable de vivre ».

Pour qu’ils puissent tourner la page, éviter le stress qui peut s’installer pendant plusieurs années dans bon nombre de cas, ces personnes doivent être suivies.

C’est pourquoi des cellules psychologiques ont été mises en place dans la foulée des attentats. Celles-ci permettent, entre autres, d’aider les rescapés à comprendre et accepter les pensées qui traversent leur esprit.

Notamment, comme l’explique Florence Bataille, ils doivent assimiler qu’ils sont des victimes même s’ils sont en vie: « Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas blessés physiquement que vous n’avez rien. On soigne plus facilement un bras cassé que les conséquences psychologiques d’un attentat dont on a réchappé ».

Sans avoir été directement un « survivant », c’est-à-dire sur les lieux de l’attentat, au Bataclan, au stade ou à la terrasse d’un café, d’autres personnes peuvent ressentir cette culpabilité, comme le précise Hélène Romano. Peuvent être ainsi touchées par ce syndrome les personnes « qui auraient dû être là et qui n’y étaient pas. Ce peut être aussi quelqu’un qui passait par là quelques minutes avant ou quelqu’un qui se dit qu’il aurait pu être à la place des victimes, parce qu’il se reconnaît en elle, comme cible par exemple. »

Certains s’en sortiront en retrouvant « une position active », souligne Jean-Michel Coq, en reprenant « le contrôle de sa vie » ou encore « en témoignant à l’écrit ou à l’oral ». Mais il prévient: « certains ne réussiront pas ».