Le don des enfants hypersensibles

On parle souvent des personnes hypersensibles, qui représentent une grande partie de la population.

Ces personnes ressentent la réalité avec plus d’intensité, et avec une proximité émotionnelle envers leur environnement extérieur, si bien qu’elles préfèrent parfois rester seules et faire leur introspection.

Et les enfants dans tout ça ? Comment se déroule l’enfance d’une personne hypersensible ?

Chez certains enfants de 6 ou 7 ans, on peut remarquer une empathie hors du commun pour leur âge. Ils sont capables de voir des détails qui échappent au commun des mortels. Comment est-ce possible ?

Ces personnes encore très jeunes vont au-delà de l’univers de l’émotivité et de l’intuition, et l’on ne sait pas toujours comment les traiter ou les aborder. Il serait alors temps de l’admettre… ces enfants ont un don particulier.

Quelles sont les caractéristiques de l’enfant hypersensible ?

La vie d’un enfant hypersensible n’est pas facile. Son intégration dans le milieu scolaire est souvent compliquée à cause de cette sensibilité que ses camarades et professeurs remarquent immédiatement.

Il n’aime pas les surprises ni le changement, il préfère le calme à l’agitation. Son niveau de maturité est parfois tellement différent de celui des autres enfants qu’il aura toujours des difficultés à s’intégrer.

Il est réfléchi et intuitif et remarquera des aspects de sa réalité que peu de gens autour seront capables de voir : la forme d’un arbre qui ferait de l’ombre à la cour du collège, un oiseau volant tout seul dans le ciel, ou même l’expression du maître qui lui a donné cours de musique ce matin.

Les enseignants affirment que l’on peut identifier cette hypersensibilité assez tôt et ainsi aider l’enfant à s’intégrer correctement.

Cependant, parfois, beaucoup d’enseignants sont fatigués par ces enfants qui les assaillent continuellement de questions et de réflexions complexes auxquelles ils n’ont pas toujours le temps de répondre.

Par conséquent, ces enfants arrivent à l’adolescence avec une image négative d’eux-mêmes, sachant qu’ils possèdent un don que personne n’a jamais su apprécier ni valoriser.

Il faut apprendre à les connaître et à les apprécier, et les laisser développer leurs capacités et inquiétudes, pour qu’ils apprennent d’abord à se connaître et qu’ils comprennent ce qui leur arrive et comment ils peuvent gérer cette sensibilité dans leur propre intérêt et dans celui des autres.

Il faut leur donner des buts et des objectifs, répondre à leurs questions et leurs raisonnements, leur donner des réponses et les comprendre.

Des enfants particuliers, mais qui restent des enfants

Très souvent, la maturité émotionnelle de ces enfants fait que les parents ne savent pas comment les traiter.

Leur sensibilité physique attire également l’attention. Ils sentent la douleur plus rapidement, et il arrive parfois que certains vêtements les dérangent, comme par exemple le fait d’avoir une petite tache sur leur gilet.

Ils sont insistants dans leurs réflexions et les parents se sentent parfois débordés. Mais le contraire peut aussi se produire. Du fait de cette maturité émotionnelle, les parents se reposent un peu sur eux, les faisant participer aux tâches de la maison.

Cela représente parfois un risque, car il ne faut pas oublier que ce sont des enfants et qu’il ne faut pas ajouter plus de préoccupations à celles qu’ils ressentent et pressentent déjà en silence.

Ce ne sont pas des enfants avec des cœurs et des cerveaux de personnes âgées, ce sont des enfants avec des besoins particuliers que nous devons comprendre pour les aider dans leur croissance, et pour que, jour après jour, ils trouvent leur place et leur bonheur.

L’hypersensibilité est un don avec lequel il faut apprendre à vivre. Il est vrai que ce n’est pas toujours facile, mais l’existence apporte aux yeux de ces personnes une dimension que peu de gens sont capables de voir.

Article tiré :  http://nospensees.fr/don-enfants-hypersensibles/

Le merveilleux cerveau émotionnel des personnes hypersensibles

Il est parfois difficile de s’adapter à ce monde trop bruyant, à ce monde empli d’égoïsmes et d’autres doubles intentions.

Les sens des personnes hypersensibles sont une faiblesse, mais aussi une chance. Elles peuvent percevoir ce que les autres ne perçoivent pas, et le faire si intensément que le monde leur présente alors un éventail de réalités qui échappent aux autres.

A quoi l’hypersensibilité est-elle due ? Est-ce génétique ? Pourquoi les personnes hypersensibles souffrent-elles plus que les autres ?

 

Pourquoi pour elles, l’amour est-il si intense, mais aussi si douloureux ? Pourquoi apprécient-elles tant la solitude, pourquoi ressentent-elles une si profonde incompréhension depuis leur plus jeune âge ?

En 2014, des chercheurs de l’Université de Stony Brook (New-York) ont mené à bien un étude intéressante, au cours de laquelle ils ont essayé d’expliquer les particularités que présente le cerveau d’une personne hypersensible, ainsi que les différences qui existent entre les personnes hypersensibles et celles qui ne le sont pas, ou du moins, celles qui n’ont pas cette ouverture émotionnelle si caractéristique de l’hypersensibilité.

Les résultats de cette étude, composée de six enquêtes, sont très intéressants, et ont été publiés dans la revue Brain and Behavior. Lisez la suite de cet article pour les découvrir ! Nous sommes certains que vous allez être surpris.

Le cerveau émotionnel des personnes hypersensibles

On estime que presque 20% des personnes présentent les caractéristiques basiques de l’hypersensibilité. Souvent, ces personnes-là passent la majeure de partie de leur vie sans savoir qu’elles appartiennent à ce petit groupe de privilégiés.

D’une certaine façon, elles ont toujours vécu en portant des «lunettes invisibles» qui leur faisaient voir le monde différemment, avec un coeur plus ouvert, mais aussi plus vulnérable.

L’étude menée à bien par les chercheurs de l’Université de Stony Brook a révélé que les personnes hypersensibles disposent d’un cerveau émotionnel doté d’une grande empathie. Ils sont pleinement orientés vers la «sociabilité» et l’union avec leurs semblables.

En d’autres termes, ces chercheurs ont prouvé que les processus cérébraux des personnes hypersensibles se traduisent par une surexcitation dans les zones neuronales relatives aux émotions et à l’interaction.

Elles sont capables de déchiffrer et de deviner les sentiments des personnes qu’elles ont en face d’elles. Mais, dans le même temps, elles ont à gérer un problème très simple…

Les autres ne font pas preuve de la même empathie. Il y a donc un déséquilibre évident entre la sensibilité des personnes hypersensibles, et celles des personnes qui ne le sont pas. «Elles se considèrent comme étant différentes».

Pour arriver à toutes ces conclusions, les chercheurs ont réalisé une batterie de tests basés sur les résonances magnétiques, ou encore sur l’étude des processus cérébraux que présentent des personnes diagnostiquées comme hypersensibles, en comparaison avec ceux des personnes qui ne le sont pas.

On a donc exposé ces personnes à différents stimuli, afin d’observer l’activité biochimique qui s’opère dans les différentes structures cérébrales.

Les résultats ont été très concluants, et plus particulièrement à deux niveaux :

Les neurones miroirs

Vous avez forcément déjà entendu parlé des neurones miroirs. Ils remplissent une fonction sociale, étant surtout présents chez les humains et chez les primates.

Situés dans le cortex frontal inférieur du cerveau et très proches de la zone du langage, les neurones miroirs sont plus particulièrement liés à l’empathie et à notre capacité à capter, traiter, et interpréter les émotions des autres.

Chez les personnes hypersensibles, leur activité est continue et très marquante depuis l’enfance.

L’insula

L’insula est une petite structure cérébrale logée très profondément dans notre cerveau. Située dans le cortex insulaire, elle est liée au système limbique, une structure basique dans nos émotions qui nous apporte cette vision plus subjective et plus intime de la réalité.

De fait, les chercheurs de Stony Brook surnomment l’insula «le siège de la conscience», puisqu’elle réunit la majeure partie de nos pensées, intuitions, sentiments et autres perceptions de tout ce que l’on peut vivre.

Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que cette structure «magique» est plus active chez les personnes hypersensibles que chez les personnes qui ne le sont pas.

Cette étude montre également qu’en plus d’être réceptives aux stimuli visuels liés aux visages humains et aux émotions, les personnes hypersensibles présentent aussi un seuil plus bas en réaction à de nombreux stimuli physiques, tels que les lumières intenses ou les sons forts.

Cela active chez elles les structures cérébrales relatives à la douleur…ce qui est très curieux.

Les personnes hypersensibles ont une façon de ressentir et de comprendre le monde qui passe par un système neurosensoriel plus pointu, plus fin. Ce n’est pas ce qu’elles ont, mais c’est ce qu’elles sont.

Au cours de leur vie, elles doivent apprendre à composer avec leurs fortes émotions ainsi qu’avec ce don merveilleux, car la souffrance, ce n’est pas un passage obligé, mais une option qu’il ne vaut pas la peine de retenir.
Article tiré :http://nospensees.fr/merveilleux-cerveau-emotionnel-personnes-hypersensibles/

Les personnes hypersensibles

Certaines personnes peuvent être plus dérangées que d’autres par différents stimuli, et ont donc des réactions proportionnelles à cette gêne qu’elles ressentent. Elles ont une telle faculté, une telle perception interne qu’elles sont constamment en état d’alerte, et ce en toutes circonstances.

Si vous êtes vous-même hypersensible, vous vous demandez sûrement si vous devez considérer cette hypersensibilité comme un don ou bien comme une malédiction.

Les caractéristiques des personnes hypersensibles

Les personnes hypersensibles ou introverties ont conscience du fait qu’elles sont plus dérangées que les autres par certains aspects de l’environnement dans lequel elles vivent, tels que les lumières brillantes des feux de signalisation ou encore les escaliers en colimaçon, choses auxquelles les autres ne prêtent pas attention.

 

Mais ce qui les affecte le plus, c’est de voir que la plupart des personnes de leur entourage sont des hommes et des femmes superficiels, indifférents et dépourvus de sensibilité.

Les personnes hypersensibles correspondent à un profil bien précis : elles sont douées d’intuition et font preuve d’une grande empathie. D’autre part, elles apprécient la solitude tout en tissant pourtant de liens solides avec les autres. Leur vie sociale est marquée par leur timidité, ainsi que par leur extrême capacité à percevoir la beauté.

Elles ont du mal à gérer des stimuli (sonores, auditifs, olfactifs) que les autres ne perçoivent pourtant pas tels que les lumières, les bruits stridents, les odeurs peu agréables ou encore le désordre.

Le changement, le fait de parler en public ou de se sentir observé, sont tout autant de choses auxquelles elles sont sensibles et qui les empêchent de réfléchir correctement. Ce qui attire l’attention chez les personnes hypersensibles, c’est leur capacité à percevoir ce à quoi les autres ne font pas attention.

Dans une société qui valorise et encourage la dureté, l’extraversion, la retenue des émotions fragiles et délicates, les personnes hypersensibles se sentent très certainement incomprises, sous-estimées, différentes, et peuvent même avoir le sentiment d’être dans un avion où elles voyagent en troisième classe.

L’hypersensibilité: ni une malédiction, ni un trouble, ni une patologie

Les personnes hypersensibles doivent à tout prix comprendre que le fait d’être si sensible, ce n’est ni un don, ni une malédiction, ni un échec, ni une erreur : c’est un défi et un cadeau.

Un défi, car les personnes hypersensibles sont toujours plus nombreuses, et que bien souvent elles se rassemblent, afin d’être comprises et valorisées ; et un cadeau, car elles ont donc le privilège de pouvoir donner de la tendresse et de l’affection ou d’être compréhensives avec des gens qui en ont besoin mais qui ne s’en rendent pas compte.

Ainsi, chacun de nous peut en bénéficier!

Éliminer des substances comme la caféine ou l’alcool, éviter les situations stressantes, l’anxiété, se reposer et dormir davantage sont tout autant de façons pour une personne hypersensible de prendre soin de son système nerveux, qui généralement est assez rapide.

Article tiré : http://nospensees.fr/personnes-hypersensibles/