Comment j’ai réussi à vaincre la haine de soi ou le rejet de soi

Télécharger en PDF : comment-jai-gueri-la-haine-de-soi

 

J’avais laissé la haine s’installer confortablement sans aucune résistance. Je m’en voulais d’être nulle, d’avoir laissé les autres me faire souffrir. Je me rejetais, je me détestais.

La haine mettait l’accent sur mes erreurs du passé, sur mes faiblesses,  sur ma vulnérabilité, sur mon sentiment d’impuissance. Je luttait contre tout cela.

Peu à peu, j’ai rencontré des personnes qui m’ont valorisée, renforcée  l’estime envers moi-même, et surtout qui ont remis en question ma vision que j’avais sur moi.

Pour vaincre ce rejet de moi :

  • J’ai accepté de ne plus jouer un rôle de « gentille », de « courageuse », de quitter mon image de femme forte.
  • J’ai accepté de laisser mes émotions s’exprimer librement, même si je croyais que cela montrait une image de faiblesse, à accepter mes peurs, mes culpabilités, mes colères, à les dire sans honte, à les accueillir avec bienveillance.
  • J’ai renoncé de m’auto-punir, de m’auto-flageller, de me dévaloriser, de me critiquer, de m’auto-saboter. J’ai laisser partir ce besoin de « souffrir », de vivre en tant que « victime ».
  • J’ai accepté de modifier mes croyances, mes certitudes et à les remplacer par des phrases de soin. Par exemple : j’ai le droit de me tromper, je me donne la permission de réussir…
  • J’ai accepté que ce n’étaient pas mes actions qui me donnaient de la valeur, mais le fait que je sois « porteuse de vie » et que je sois unique dans cet univers, comme le flocon de neige, les feuilles, les empreintes digitales qui sont tous différents !
  • J’ai accepté à m’accepter telle que je suis. Je m’accepte sans me juger.  Je me suis réconciliée avec moi-même.
  • J’ai décidé que plus personne ne me volerait ma valeur. J’ai décidé de poser des limites aux autres pour me protéger.
  • J’ai pris conscience que cette haine de soi appartenait également aux personnes qui me l’avaient transmise. Une personne qui s’aime ne peut que communiquer de l’amour, une personne qui se rejette ne peut que transmettre son propre rejet sur l’autre.
  • J’ai renoncé à cette haine et je l’ai restitué à l’Univers et béni les personnes qui m’avaient transmis leur haine, elle ne m’appartenait plus.
  • J’ai fait la paix avec moi en me pardonnant d’avoir conservé aussi longtemps ce poison en moi, je me suis pardonnée et j’ai pardonné à toutes ces personnes abusives.

Ma spiritualité m’a profondément aidée à reconnaître que j’étais aimée inconditionnellement par la VIE.  C’était inexplicable, le vivre a été un point de départ sur le chemin de ma guérison.

Nous recevons en illimité le Pardon universel, c’est  à nous de l’accepter et ainsi laisser la PAIX s’installer dans notre conscience et dans notre cœur.

Ma haine de soi ou le rejet de soi

Je pensais que je n’avais aucune existence légitime. Je ne trouvais pas ma place dans ma famille d’adoption. J’avais pris la place de ma demi-sœur, décédée d’un cancer des os. Ma grand-mère m’a bien fait ressentir qu’elle ne m’acceptait pas. Elle avait souhaité l’adoption d’un petit garçon mais pas d’une petite fille.

Ma mère me frappait quand elle était hystérique, mon frère était également violent, ma grand-mère me détestait et m’affublait d’un surnom affreux, donc je me suis mise à me détester puis à me haïr.  Un jour, je me suis frappée avec une chaussure, je pensais que je méritais des coups, je voulais me faire mal, ressentir la douleur, l’extraire de mon ventre. Je commençais à croire que la violence était normale.

En grandissant, j’ai observé que les hommes commençaient à me regarder et j’ai cru que leurs intentions étaient pures, que c’était de l’amour. Quand j’ai subi des abus de leur part, je me suis encore plus détestée, je me sentais sale, honteuse !

Je me respectais de moins en moins, je me suis laissée abuser. Je m’en fichais  ! J’avais si peu de valeur à mes yeux, et encore moins mon corps !

La haine envers moi était bien installée. Je me détestais, je me rejetais.

Je ne savais pas que je faisais l’écho de toutes ces personnes qui ne s’aimaient pas elles-mêmes. Elles avaient projeté sur moi leur propre haine d’elles-mêmes. Ce n’était pas moi que je détestais, c’était toutes ces personnes qui m’avaient laissé leurs empreintes de mésestime d’elles-mêmes.

Ce rejet de soi ne m’appartenait pas, il appartenait à toutes ces personnes abusives, qui elles-mêmes l’avaient reçu d’autres personnes.

Soigner nos blessures affectives (1)

Une chronique radio de 10mn sur  nos blessures affectives. Quelles sont-elles ? Comment s’installent-elles ? Comment les soigner ? Des pistes de réflexions pour prendre soin de soi avec bienveillance et douceur. Sabine-Hoa

Les blessures de l’abandon, la guérison

Les blessures de l’abandon demande un processus de guérison, dans cette émission, vous allez entendre toutes les étapes de libération. A la rencontre de ses émotions jusqu’à l’acceptation totale de l’abandon afin de découvrir sa véritable identité et aller vers d’autres rivages.

La sortie de l’enfer

Un témoignage poignant d’une jeune femme qui s’est sortie de l’enfer de la violence conjugale. Elle témoigne avec authenticité et courage comment elle a réussi à reprendre contact avec ses enfants qui avaient victimes du syndrome d’aliénation parentale. J’ai été moi-même émue en l’écoutant s’exprimer avec tant d’émotions. Elle nous donne à la fin de l’interview une vraie leçon de courage ! Merci à elle !

De l’abandon à la réconciliation avec soi

Une émission radio présentée par Sabine-Hoa, chaque semaine, vous aurez une nouvelle chronique de 10 mn. Cette émission passe également à radio Semnoz- Annecy le lundi à 11h, mercredi à 17h25 et le jeudi à 6h35

Nous avons vécu l’abandon, c’est une terrible blessure dans notre cœur et nous mettons en place des stratégies de survie pour éviter de souffrir. Par contre celles-ci peuvent devenir sur un long terme préjudiciables pour nos relations humaines et pour nous-mêmes.